Cataracte : vers un nouveau traitement en collyre.

collyre2

Des chercheurs américains de l’université du Michigan viennent de publier des résultats concernant la cataracte dans la revue Science. Habituellement traité par chirurgie, elle pourrait à l’avenir se guérir par l’application d’un simple collyre.

La cataracte correspond à l’opacification partielle ou totale du cristallin, une lentille convergente située à l’intérieur de l’œil. Cette pathologie oculaire a pour conséquence une baisse progressive de la vue, au début accompagnée de gêne à la lumière (photophobie). Dans la grande majorité des cas, la cataracte se développe après 50 ans ; 50 % des personnes à l’âge de 60 ans en sont touchées et 70 % des personnes à l’âge de 70 ans.

La composition du cristallin est très étudiée depuis les années 2000 et notamment grâce à l’utilisation du microscope à force atomique. Constitué de protéines supposées rester soluble, la cataracte est due à une agrégation de protéines en fibres de type amyloïdes non soluble et formant alors une barrière contre la lumière.

Les équipes de recherche américaine ont trouvé une molécule capable d’empêcher aux protéines du cristallin (crystallines) de former des agrégats. Les premiers tests sur des souris et des cristallins ex vivo ayant une cataracte montrent une augmentation significative de protéines solubles et une diminution d’agrégats protéiques. Des résultats encourageants qui pourront à l’avenir permettre de révolutionner sa prise en charge. La cataracte est aujourd’hui la chirurgie la plus pratiquée en France, avec 600 000 personnes opérées chaque année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *