Qu’est ce que le botulisme ?

Le botulisme est une affection neurologique grave provoquée par une toxine produite par la bactérie Clostridium botulinum, et qui est généralement la conséquence d’une intoxication alimentaire. Le botulisme de type B est le plus prévalent en France, indique l’agence Santé publique France. Sur l’ensemble des 11 foyers pour lesquels le diagnostic de botulisme avait été confirmé (2016), 10 étaient dus à la toxine de type B et 1 à la toxine de type A. Une origine alimentaire a été confirmée pour 8 foyers, et la consommation récente d’un « aliment à risque » a été identifiée pour 6 foyers. Les aliments mis en cause étaient du jambon (cru, cuit et fumé saumure), des rillettes et du rôti de porc fumé séché. Tous étaient de fabrication familiale. Des prélèvements réalisés dans 4 foyers ont permis de confirmer la présence de toxine de type B dans ces aliments.

Quels sont les départements touchés en France ?

Depuis 1991, le botulisme a touché une part plus importante de personnes dans les départements du centre de la France, notamment la Vienne et l’Allier, indiquent des données épidémiologiques diffusées par Santé publique France. Alors qu’en moyenne, l’incidence du botulisme était de 0,38 cas/million d’habitants sur l’ensemble de la France entre 1991 et 2016, elle était de 4/million pour le département de la Vienne et de 3,2/million pour l’Allier. L’Indre, la Saône-et-Loire et la Creuse étaient également relativement touchées, avec une incidence autour de 2/million. A l’inverse, d’autres départements, comme les Ardennes, le Var ou le Gers, n’avaient recensé aucun cas de botulisme sur cette période.

Pour l’année 2016, l’incidence du botulisme à l’échelle nationale était de 0,32 cas/million d’habitants en 2016 et restait par conséquent relativement stable par rapport à la moyenne mesurée sur 1991-2016.
Sur l’année, un total de 13 foyers de botulisme ont été recensés, pour 21 malades au total. Parmi ces patients, 12 ont dû être hospitalisés et 2 ont nécessité une assistance respiratoire à la suite d’une paralysie du diaphragme. Un patient est mort.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *