l’American Society of Hematology présente les thérapies de demain.

L’avenir des traitements contre les cancers hématologiques se présente actuellement au congrès de American Society of Hematology (ASH) à Atlanta.

Les CAR-T : une révolution en thérapeutique

La nouvelle voie de traitement des cancers hématologiques par des lymphocytes, a commencé à faire ses preuves dans des lymphomes et myélomes récidivants ou réfractaires, et semble capable donner des réponses durables chez des patients à haut risque de progression.

Les CAR T-cells (pour cellules T porteuses d’un récepteur chimérique) sont des lymphocytes T du patient, prélevés au patient, puis modifiés génétiquement in vitro de manière à leur faire exprimer un récepteur artificiel, dit chimérique. Ce récepteur est conçu de telle manière que sa partie extra-cellulaire reconnaisse un antigène tumoral, le plus spécifiquement possible afin d’éviter les effets néfastes sur d’autres organes du patient.

Il y a 20 ans ces technologies semblaient de la science-fiction, car de nombreux obstacles, notamment en termes d’efficacité du transfert de gène étaient infranchissables.

Désormais, depuis quelques mois, aux Etats-Unis, des thérapies par CAR-T sont autorisées, la première étant Kymriah ® (tisagenlecleucel, Novartis) qui cible l’antigène CD19 dans la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL). Cependant, des questions restaient posées sur l’étendue de l’intérêt de ce traitement.

Dans le lymphome à haut risque réfractaire, des résultats d’études avec l’axicabtagene ciloleucel (Yescarta ®, Kite Pharma, groupe Gilead, qui a aussi été autorisé outre-Atlantique) et avec le produit de Novartis avaient déjà fait l’objet de premières présentations en congrès.

Le BCMA émerge comme l’antigène à cibler dans le myélome

Dans le myélome multiple, c’est un autre antigène qui est ciblé : BCMA, un antigène de la famille des récepteurs des TNF, qui est exprimé par pratiquement toutes les cellules de myélome.

Le laboratoire GlaxoSmithKline, travaille sur le premier anticorps monoclonal dirigé contre l’antigène BCMA, afin de montrer une capacité à induire des réponses chez des patients souffrant de myélome multiple fortement prétraités, y compris par les traitements les plus récents.

Le BCMA émerge donc comme l’antigène à cibler dans le myélome. Une étude également présentée à Atlanta a montré l’intérêt de s’attaquer à cet antigène spécifique des cellules du myélome, avec des lymphocytes CAR-T. C’est une autre approche qui est testée ici, utilisant un anticorps.

Des innovations thérapeutiques qui devraient arriver dans les prochains mois en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *