Femme enceinte : faut-il manger moins de poisson ?

On entend souvent dire que la mer accumule les métaux lourds et que les poissons en concentrent une partie et présentent notamment des taux élevés de mercure ou de cadmium. Qu’en est-il vraiment ?

Si le poisson reste une source importante d’acide gras, il peut aussi concentrer certains polluants retrouvés dans les mers et rivières. Il est donc important de surveiller ses apports alimentaires et de limiter la consommation de poisson carnassier comme le thon, la daurade et la raie. Il reste toutefois recommandé de consommer du poisson deux fois par semaine, pour un bénéfice nutritionnel optimal.

Que dit l’agence nationale de sécurité sanitaire ?
Du point de vue de ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) il est indiqué aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 30 mois de varier les espèces de poissons. D’autre part, il est mentionné que les fruits de mer et les poissons d’élevage comme le saumon ou la truite sont moins contaminés.

Pas de compensation par d’autres aliments.
Sur un plan nutritionnel, il n’est pas recommandé aux femmes enceintes de reporter leur alimentation sur d’autres sources nutritionnelles. Les céréales aussi peuvent capter des métaux comme l’aluminium et le cadmium, et peuvent provoquer une accumulation tout aussi néfaste pour l’organisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *